Piratage WordPress : les méthodes les plus connues

Le piratage WordPress se manifeste par l’impossibilité de l’administration à contrôle son site web. En effet, un hacker est déjà aux commandes de la plateforme dans ce genre de situation. Notez toutefois que les pirates adoptent différentes façons pour faire leur travail. Pensez à vous informer pour mieux vous prémunir à l’avenir.

Le cookie left est la première possibilité

Le vol de cookie est un acte de piratage très dangereux alors que beaucoup de personnes l’ignorent. Un hacker peut s’en servir efficacement même pour un site web qui possède une authentification à double facteur.

A découvrir également : Les erreurs courantes à éviter lors de la création d'une boutique en ligne

Votre plateforme va laisser un cookie sur le navigateur après chaque connexion. Il suffit pour un pirate de voler ces données pour faire tout ce qu’il faut du site. Pensez à vous tourner vers un spécialiste en cas de problème à l’avenir. En effet, il ne faut pas hésiter à voir le site de l’éditeur qui vous proposera la meilleure solution.

Vient ensuite la brute force

L’attaque par force brute est l’une des méthodes les plus appréciées par les pirates. Ici, un hacker envoie sur votre site « supposeurs » de mot de passe sur votre site en utilisant un serveur infecté. Une centaine de tentations peuvent être faite dans un délai très court. Le pirate finira par trouver votre mot de passe au fil de ses nombreuses tentatives. Notez toutefois que vous pourrez éviter une attaque en changeant souvent de mot de passe. 

Sujet a lire : L’importance d’une assurance vie par rapport à l’avenir financier

L’injection est une autre méthode à connaître

Ce mode de piratage peut se faire de différentes manières. Le hacker peut en premier lieu s’attaquer à la base de données du site avec l’injection d’un code malveillant. Le système ne s’apercevra pas que le code a été conçu pour le contrôler.

Il y a aussi la redirection qui est très appréciée par les pirates en informatiques. Ici, l’objectif est de rediriger votre site web vers un lien malveillant. Le hacker peut par exemple vous proposer le gain d’une forte somme ou d’un iPhone.

Il y a aussi l’exploitation des extensions et des thèmes

Cette pratique ressemble plus ou moins à l’injection. La différence concerne le fait que le pirate s’attaque directement au site au lieu de la base de données. À souligner que les sites abandonnés sont les plus en proie à cette pratique malveillante. Cela est dû au fait que les plugins sont plus faciles à pirater sur ce genre de plateforme. Le pirate peut alors rediriger facilement ses victimes vers un site suspect.

L’attaque DDoS est aussi incontournable

Cette dernière méthode est sûrement la plus dangereuse, surtout que les pirates l’utilisent sur de grosses plateformes. Ici, l’objectif du hacker est de voler des données sensibles comme les suivantes :

  • Des informations sur les connexions des internautes ;
  • Des données liées aux cartes bancaires.

Le hacker agit ici en surchargeant le serveur avec des bots zombies pour le mettre hors ligne. Il pourra ensuite faire tout ce qu’il veut sur votre site internet.